Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

VIVRE AUTREMENT VOS LOISIRS avec Clodelle

VIVRE AUTREMENT VOS LOISIRS avec Clodelle

Rencontrez les artistes, les créateurs, les intervenants, les organisateurs... Et sortez vite de la morosité !


ORLEANS PENDANT LA GRANDE GUERRE Exposition au Musée des Beaux Arts - 23 avril-21 aout 2016

Publié par clodelle45 sur 24 Avril 2016, 02:13am

Catégories : #EXPOSITIONS REGION CENTRE, #JEUNE PUBLIC

Fruit du travail de trois commissaires (Aurélie Bonnet-Chavigny / Centre Charles Péguy, Marie Maignaut / Médiathèque) - Christelle Bruant / Archives Municipales), l'exposition "Orléans pendant la Grande Guerre, une ville et des vies à l’arrière" réunit des œuvres, des objets jamais présentés, des archives et d' émouvants témoignages sur le quotidien des Orléanais durant la Première Guerre Mondiale.

Un cycle d’animations imaginé par le service Ville d’art et d’histoire de la mairie accompagnera la découverte cette exposition dévoilant l'Histoire à toutes les générations. Visites, ateliers, conférences et actions éducatives sont présentés dans une brochure téléchargeable en fin d'article.

 

Cliquez ici pour ouvrir l'album complet...

ORLEANS PENDANT LA GRANDE GUERRE Exposition au Musée des Beaux Arts - 23 avril-21 aout 2016

Photos © Clodelle - Affiche de l’exposition © Laure Scipion

 

HUIT ESPACES POUR DECOUVRIR ORLEANS DURANT LA GRANDE GUERRE

 

Cette exposition organisée dans le cadre du Label Villes et Pays d'art et d'histoire ainsi que du cycle de commémoration de la grande guerre, s'organise autour de huit espaces thématiques sur une scénographie dynamique de Justine Duquenoy renforcée par la graphiste Emilie Blondeau (Société Présence France).

 

"L'été 1914" évoque les 72000 habitants d'Orléans, ville de garnison sont au cœur d'importants projets d'urbanisme mis en œuvre ou projetés par Fernand Rabier élu maire deux ans plus tôt.

Voyant la guerre se rapprocher, les orléanais échangent leurs billets contre de la monnaie et mènent un meeting contre la guerre.

 

                      

 

"Mobilisation Générale": Dans l'imprimerie où ils travaillent, Louis Derenne et son père voient ajouté ce titre au Patriote orléanais. L'ambiance collective est électrique, des entreprises ferment, la haine des allemands surgit.

 

   

 

 

 

"La ville se métamorphose": afflux massif de nouvelles populations militaires et civiles (anglo indiens, highlanders écossais, travailleurs chinois affectés aux abattoirs ou dans les entrepôts de réparation des effets militaires, prisonniers allemands accueillis au Camp des Groues, réfugiés belges et français).

40 lieux prennent en charge l'accueil et la rééducation des blessés.

 

   

 

"Une municipalité dans la guerre" prend acte des mesures prises par le maire Fernand Rabier (secours aux familles et aux chômeurs, approvisionnement de la ville, maintien du calme, encadrement du commerce et annonce des morts aux combats auprès de leur famille).

 

   

 

 

"L'arrière soutient le front", l'armée devient le principal client des usines, les femmes se retrouvent dans les secteurs d'activité précédemment occupés par les hommes mobilisés, les œuvres de bienfaisance se multiplient et des emprunts finançant la guerre surgissent.

 

   

 

 

"Pourvu qu'ils tiennent les civils"! Des restrictions voient le jour, des associations de tempérance luttent contre l'alcoolisme, les salles de spectacle dont l'activité est encadrée distraient les habitants et les permissionnaires.

Tenir c'est accepter la mort du soldat, qu'il s'agisse du poète Charles Péguy ou du poilu Ambroise Soudé.

 

   

 

"Propagande, bourrage de crâne et patriotisme" témoigne de l'enrôlement des enfants dans l'engagement patriotique et de la censure subie par les journaux.

Jean Zay, enfant journaliste, tient son journal sur des cahiers d'écolier et Maurice Dubois, enfant dessinateur, réalise aquarelles et dessins inspirés du conflit.

 

   

 

 

 

"Victoire et démobilisation" illustre l'armistice signé le 11 novembre. En 1919 sont rebaptisées les premières rues perpétuant le souvenir des ces 4 années de guerre.

 

   

 

 

 

Orléans pendant la Grande Guerre, une ville et des vies à l’arrière

23 avril-21 août 2016

 

Musée des Beaux-Arts d’Orléans

1, rue Fernand-Rabier, 45000 ORLEANS

02 38 79 21 83

 

Du mardi au samedi 10h -18h

Vendredi 10h - 20h

Dimanche 13h - 18h

Fermé les 1er et 8 mai et 14 juillet

 

Accès à l’exposition temporaire et aux collections du musée : 4€ / réduit 2€

Gratuit pour – de 18 ans et le 1er dimanche du mois.

 

     

 

TELECHARGEZ LE PROGRAMME DES ACTIVITES AUTOUR DE L'EXPOSITION


Je veux dire merci aux donateurs ou prêteurs de fonds privés, parfois très importants, et à tous ceux qui ont mis leur savoir au service de notre mémoire. Ils rendent ainsi un hommage émouvant à toutes celles et tous ceux qui se sont mobilisés, rassemblés, au delà des différences, pour traverser cette terrible épreuve.

Olivier Carré, Maire d'Orléans, Député du Loiret

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents