Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

VIVRE AUTREMENT VOS LOISIRS avec Clodelle

VIVRE AUTREMENT VOS LOISIRS avec Clodelle

Rencontrez les artistes, les créateurs, les intervenants, les organisateurs... Et sortez vite de la morosité !


Grève Université d' Orléans : brutalité contre pacifisme - photos

Publié par clodelle45 sur 28 Mars 2009, 19:46pm

Communiqué de presse de la Coordination des personnels et étudiants de l'Université d'Orléans


La Coordination des personnels et étudiants de l'Université d'Orléans et des organismes de recherche, condamne vivement les brutalités policières survenues lors de l'occupation pacifique du rectorat de l'académie Orléans-Tours.

 

Elle dénonce l'interpellation arbitraire d'un étudiant convoqué le 9 septembre 2009 au tribunal et exige qu'aucune charge ne soit retenue contre lui.

 


La Coordination de l'Université d'Orléans constate que c'est la seule réponse que le gouvernement oppose à huit semaines de mobilisation légitime.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Benjamin A. 29/03/2009 01:11

Je ne sais pas si vous étiez présent durant l'action mais j'ai fait un mail qui a été relayé par certains site, je vous le donne pour que la diffusion soit la plus grande possible. merci d'avance.







Après l'AG de vendredi, une action était prévue à la Gare de Fleury les Aubrais à l'origine pour brouiller les pistes, mais une fois dans le tramway, le mot est passé de se rendre au rectorat. Seuls des étudiants étaient présents à ce moment là, les personnels n'ayant pas terminés leur AG. Tout le monde est descendu à Chatelet, le groupe a prit les petites rues pour se rendre au rectorat. En arrivant à proximité, trois personnes ont pris les devant et ont sonné afin de pouvoir rentrer. Les portes s'ouvrant, tout le petit groupe (environ 70 personnes) a pénétré dans le rectorat. Malheureusement, une bonne partie d'étudiants et de personnels retardataires ayant pris le tram' d'après n'ont pas pu rentrer.
Dès l'instant où le groupe est entré, les caméras des médias ( France 3, France 2, France Bleu, France info...) se sont présentées à l'entrée mais  n'ont pas eu l'autorisation de rentrer. 
Les professeurs, personnels et étudiants attendant devant les grilles ont fait parvenir une cinquantaine de sandwich à l'intérieur. Un professeur a pu escalader les grilles et pénétrer à l'intérieur du rectorat pour rejoindre les étudiants ; trois autres professeurs ont négocié avec la police pour pouvoir pénétrer et discuter avec les étudiants.
Une courte AG s'est tenue à l'intérieur du bâtiment; les revendications unanimes étant de laisser rentrer les journalistes et d'avoir un entretien médiatisé avec le recteur pour lui faire par des revendications du mouvement qui anime toute la communauté universitaire depuis le 2 février. Celui-ci étant en déplacement, donnait ses ordres par téléphone au directeur de cabinet.
Après une occupation de 4h, il a clairement été dit à la police que le groupe ne sortirait pas sans gain de cause, mais qu'il n'y aurait qu'une résistance passive.
Les CRS sont intervenus, au départ assez "doux", puis pour plus de facilité certains ont employé la manière forte, ainsi que quatre agents de la B.A.C arrivés en plein milieu de l'évacuation. Ceux-ci étant particulièrement agressifs envers les étudiants qui eux restaient toujours passifs. De nombreux étudiants ont filmé certaines bribes de l'intervention. Dès que le chef de la police, assez coopérant, avait le dos tourné, les agents en profitaient pour utiliser coups de pieds, coups de poings et matraques.
 
Un policier filmait l'intervention de son coté, en posant la caméra de temps à autres pour pouvoir lui aussi participer en donnant des coups de pieds au groupe, reprenant sa caméra pour ne filmer que les interventions sans violence de la part des agents.
 
Usant de points de compression, de clés de bras en tous genres, d'arrachage de vêtements (et de chaussures ! ), ils sont parvenus à faire sortir tout le monde de façon plus ou moins violente selon les agents.
Cependant, un événement majeur est a noté, l'intervention sur Aurélien Taillandier a mal tourné car il s'est prit des coups et a commencé à saigner. Devant cette bavure, les agents n'ont pas voulu le laisser sortir devant les caméras présentes devant les grilles du rectorat. Tout le monde était sortit et voyant qu'ils ne voulaient pas relâcher Aurélien qui n'avait rien fait, les esprits s'échauffaient devant les grilles entre cordon de CRS et étudiants et personnel de l'université.
Aurélien a été menotté et embarqué à l'hôtel de police.
Tous le groupe s'est donc rendu devant l'hôtel de police, improvisant un sitting sur le Faubourg Saint Jean afin de réclamer la libération d'Aurélien.
Les CRS ont fermé toutes les grilles et étaient prêt à intervenir si besoin, mais encore une fois les les étudiants et personnels étaient totalement pacifiques.
Aurélien a été relâché vers 19h. Il est amené à comparaitre devant le tribunal le 9 septembre pour "rebellion".
Face à cette bavure policière et à cette injustice, un comité de soutien pour Aurélien sera mis en place dès lundi, des pétitions seront diffusées et des lettres aux élus seront envoyées.
Il est à signaler qu'il n'est pas le seul à avoir été blessé et que plusieurs se sont rendu chez le médecin afin de faire constater leur blessures.

clodelle45 29/03/2009 03:43


Pas de problème Benjamin, je viens de terminer un second article :

http://clodelle45.over-blog.org/article-29598994.html

Clodelle.


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents