Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

VIVRE AUTREMENT VOS LOISIRS avec Clodelle

VIVRE AUTREMENT VOS LOISIRS avec Clodelle

Rencontrez les artistes, les créateurs, les intervenants, les organisateurs... Et sortez vite de la morosité !


Grève université Orléans - violences 27 mars - témoignages - photos

Publié par clodelle45 sur 29 Mars 2009, 00:48am

La presse s'est  fait l"écho de l'évacuation musclée du rectorat d'Orléans-Tours le 27 mars dernier par les forces de police en place.
A ma grande stupéfaction aujourd'hui deux témoignages  accompagnés  de photos mes sont parvenus.
Pour l'avenir de nos enfants, de la recherche et de la France, n'est-il pas URGENT  que le conflit soit réglé rapidement? N'est-il pas impératif qu'il ne débouche pas vers de nouvelles violences?

Ces jeunes étudiants s'étaient  pacifiquement mobilisés pour négocier LEUR avenir donc aussi celui de la France. Ne les décourageons pas, ne les brutalisons pas, ne laissons pas s'installer un climat de violence et de répression aveugles !

J'ai créé ce blog pour partager, échanger, vivre AUTREMENT en cette période difficile mais ce soir j'ai choisi de diffuser le  communiqué de presse de la Coordination des personnels et étudiants de l'Université d'Orléans consultable
ICI .

Après les images vous retrouverez fidèlement reproduits deux témoignages d'un maître de conférence à la fac de Sciences d'Orléans et chercheur au CNRS, et d'un étudiant  présents le 27 mars devant le rectorat ...


   
    
 
 
 
     




" Le 27 mars 2009 les forces de police présentes devant le Rectorat d'ORLEANS-TOURS ont procédé à  l'évacuation "musclée" des lieux.
Cette occupation était totalement pacifique, un des policiers a frappé un étudiant qui s'est mis à saigner. Il n'a donc pas été "évacué" comme les autres, sans doute à cause des micros (France Bleue Orléans) et des caméras (France 3) présentes. 
Accusé d'avoir porté des coups aux policiers, il a été menotté et conduit au Commissariat. Une délégation a rejoint le commissariat central de la ville, organisant in sit-in en réclamant et attendant la sortie de l'étudiant interpellé".




"Très choqué, il est sorti du commissariat vers 19h. Il passera au tribunal correctionnel en septembre 2009, on l'inculpe de "rebellion"!
A noter également la présence, à l'extérieur du rectorat, de Micheline Prahecq, Conseillère générale du loiret, Conseillère Régionale du centre. Elle a été fortement "bousculée" par les forces de l'ordre. Deux directeurs de cabinet du conseil régional, ayant pour domaine d'intervention l'enseignement supérieur, se sont également déplacés du Conseil Général voisin au devant du Rectorat, particulièrement
indignés."

  Vous trouverez également qqs adresses de sites web relatant ces "événements":

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article83138
http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article2269

Et 7 minutes à peu près sur :
http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=c45a_1920&video_number=0
   


SECOND TEMOIGNAGE POSTE EN COMMENTAIRE PAR BENJAMIN :

" Après l'AG de vendredi, une action était prévue à la Gare de Fleury les Aubrais à l'origine pour brouiller les pistes, mais une fois dans le tramway, le mot est passé de se rendre au rectorat. Seuls des étudiants étaient présents à ce moment là, les personnels n'ayant pas terminés leur AG. Tout le monde est descendu à Chatelet, le groupe a prit les petites rues pour se rendre au rectorat. En arrivant à proximité, trois personnes ont pris les devant et ont sonné afin de pouvoir rentrer. Les portes s'ouvrant, tout le petit groupe (environ 70 personnes) a pénétré dans le rectorat. Malheureusement, une bonne partie d'étudiants et de personnels retardataires ayant pris le tram' d'après n'ont pas pu rentrer.

Dès l'instant où le groupe est entré, les caméras des médias ( France 3, France 2, France Bleu, France info...) se sont présentées à l'entrée mais  n'ont pas eu l'autorisation de rentrer. 

Les professeurs, personnels et étudiants attendant devant les grilles ont fait parvenir une cinquantaine de sandwich à l'intérieur. Un professeur a pu escalader les grilles et pénétrer à l'intérieur du rectorat pour rejoindre les étudiants ; trois autres professeurs ont négocié avec la police pour pouvoir pénétrer et discuter avec les étudiants.

Une courte AG s'est tenue à l'intérieur du bâtiment; les revendications unanimes étant de laisser rentrer les journalistes et d'avoir un entretien médiatisé avec le recteur pour lui faire par des revendications du mouvement qui anime toute la communauté universitaire depuis le 2 février. Celui-ci étant en déplacement, donnait ses ordres par téléphone au directeur de cabinet.

Après une occupation de 4h, il a clairement été dit à la police que le groupe ne sortirait pas sans gain de cause, mais qu'il n'y aurait qu'une résistance passive.

Les CRS sont intervenus, au départ assez "doux", puis pour plus de facilité certains ont employé la manière forte, ainsi que quatre agents de la B.A.C arrivés en plein milieu de l'évacuation. Ceux-ci étant particulièrement agressifs envers les étudiants qui eux restaient toujours passifs. De nombreux étudiants ont filmé certaines bribes de l'intervention. Dès que le chef de la police, assez coopérant, avait le dos tourné, les agents en profitaient pour utiliser coups de pieds, coups de poings et matraques.

 

Un policier filmait l'intervention de son coté, en posant la caméra de temps à autres pour pouvoir lui aussi participer en donnant des coups de pieds au groupe, reprenant sa caméra pour ne filmer que les interventions sans violence de la part des agents. Usant de points de compression, de clés de bras en tous genres, d'arrachage de vêtements (et de chaussures ! ), ils sont parvenus à faire sortir tout le monde de façon plus ou moins violente selon les agents.

 

Cependant, un événement majeur est a noté, l'intervention sur un des étudiants a mal tourné car il s'est prit des coups et a commencé à saigner. Devant cette bavure, les agents n'ont pas voulu le laisser sortir devant les caméras présentes devant les grilles du rectorat. Tout le monde était sortit et voyant qu'ils ne voulaient pas relâcher ce jeune homme qui n'avait rien fait, les esprits s'échauffaient devant les grilles entre cordon de CRS et étudiants et personnel de l'université. L'étudiant a été menotté et embarqué à l'hôtel de police. Tout le groupe s'est donc rendu devant l'hôtel de police, improvisant un sitting sur le Faubourg Saint Jean afin de réclamer sa libération.

 

Les CRS ont fermé toutes les grilles et étaient prêt à intervenir si besoin, mais encore une fois les les étudiants et personnels étaient totalement pacifiques. Le jeune étudiant a été relâché vers 19h. Il est amené à comparaitre devant le tribunal le 9 septembre pour "rebellion".

 

Face à cette bavure policière et à cette injustice, un comité de soutien sera mis en place dès lundi, des pétitions seront diffusées et des lettres aux élus seront envoyées. Il est à signaler qu'il n'est pas le seul à avoir été blessé et que plusieurs se sont rendu chez le médecin afin de faire constater leur blessures. "

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Benjamin A. 30/03/2009 13:55

Pour avoir un autre aperçu voici quelques autres photos:http://img9.imageshack.us/img9/4651/rectorat5.jpghttp://img22.imageshack.us/img22/5933/rectorat7.jpghttp://img11.imageshack.us/img11/8336/mars132009097.jpghttp://img23.imageshack.us/img23/1330/rectorat6.jpgRésistance passive à l'interieur du rectorat:http://img9.imageshack.us/img9/4871/resistancepassive.jpg

Benjamin A. 30/03/2009 09:33

Pourquoi le second témoignage n'apparait plus ?

clodelle45 30/03/2009 11:27


Je ne sais pas... Je vais regarder sur ma page administrateur et tenter de  republier la totalité de l'article. Tenez moi au courant.


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents