Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

VIVRE AUTREMENT VOS LOISIRS avec Clodelle

VIVRE AUTREMENT VOS LOISIRS avec Clodelle

Rencontrez les artistes, les créateurs, les intervenants, les organisateurs... Et sortez vite de la morosité !


Orléans de haut en bas : j'ai testé la visite guidée sur les hauteurs de la Cathédrale et dans la crypte Saint-Avit

Publié par clodelle45 sur 29 Juin 2020, 17:13pm

Catégories : #LOISIRS A ORLEANS METROPOLE, #LOISIRS EN REGION CENTRE

 

Prenez de la hauteur cet été et vivez de vertigineuses émotions en gravissant comme moi les 252 marches de la cathédrale d’Orléans.

 

Cette originale visite guidée "en haut" partant de l'Office de Tourisme d’Orléans s’achève "en bas" dans la crypte Saint-Avit, trésor roman  enfoui  dans entrailles de la cité johannique. 

 

Forêt d'arcs boutants, croisées d'ogives, impressionnante charpente, églises, places, jardins, cours de la Loire puis plongée dans les entrailles d' une cité qui a jadis joué un rôle capital dans l'Histoire de France... Prêt.e à revivre avec moi cette expérience originale d’une heure trente résumée en images ici sur mon blog photo?

 

 

 

Le temps est couvert, mais un coup de téléphone à l’office du tourisme me confirme que la visite est maintenue et me laisse même entrevoir la possibilité de photos d’une intensité particulière sous les nuages…

 

Après nous avoir rappelé les indispensables consignes sanitaires en vigueur, notre guide Guillaume nous entraîne sans tarder quelques dizaines de mètres plus loin vers la Cathédrale d’Orléans.

 

 

 

Tout commence par une superbe maquette au 1/18e...

 

Il ne s’agit pas de tarder, les découvertes annoncées au programme seront nombreuses à commencer, juste à gauche en entrant dans l’édifice,  par la maquette de la façade occidentale de la cathédrale réalisée entre 1737 et 1740 à l’échelle approximative d’1/18e  d’après le projet  de Jacques V Gabriel, premier architecte du roi Louis XV.

 

Ce bel ouvrage du menuisier L’Échaudé et du sculpteur Rousseau a successivement été présenté dans l'ancienne bibliothèque municipale (désormais "hôtel Dupanloup") et au musée des beaux-arts d’Orléans avant de rejoindre la cathédrale en 2011 après avoir bénéficié d’une longue et patiente restauration.

 

 

 

 

 

L’Histoire est passionnante et le guide l’ est tout autant…  Notre cheminement dans l'immense nef se poursuit, illuminé quelques instants par les superbes vitraux  de 1895 retraçant la vie de Jeanne d’Arc

Comme toutes les cathédrales de France, celle d’Orléans est un lieu privilégié pour l’inhumation des évêques de la ville. 

Une pause devant le grand autel principal, nous permet d'apercevoir  la chapelle du  dédiée à Jeanne d’Arc abritant ceux de Félix Dupanloup, figure majeure  du catholicisme français et du cardinal Stanislas-Arthur-Xavier TOUCHET à qui l’on doit l’élaboration du procès en canonisation de Jeanne d’Arc.

 

 

 

Une centaine de marches, un panorama inédit sur le sud...

 

252 marches sont désormais à gravir avec à la clef un  panorama circulaire captivant les curieux, les néophytes, les passionnés d’histoire et les amateurs de photos panoramiques inédites mais une pause bénéfique nous sera offerte à mi-chemin.

 

 

A nos pieds vers le sud, la Rue Pothier abrite au N°2 une Salle des Thèses destinée à l’université.

Construit au XVe siècle, l'édifice a vu notamment étudier Calvin, Pothier, Rabelais et abrite désormais la Société Archéologique et Historique d’Orléans (SAHO).

 

 

 

 

Nous poursuivons la découverte avec notamment l’ Église Saint Aignan (sa vaste crypte comporte une abside et des chapiteaux polychromes du XIe siècle), la Collégiale Saint Pierre le Puellier (devenue un grenier à sel à la Révolution Française, elle est actuellement un centre d'expositions culturelles), et plus à notre droite le clocher de l’Eglise Saint Paul et la chapelle Notre Dame des Miracles où Jeanne d'Arc s’est recueillie le 8 mai 1429), l’Église Notre Dame de la Recouvrance

 

 

 

Au fil du chemin de circulation extérieur, une  porte nous reconduit alors à l'intérieur sous la toiture .

L’impressionnante charpente en forme de coque de bateau  inversée, a été bâtie au XVIIe siècle à partir de coupe de bois effectuée en Forêt d’Orléans.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le modèle de la  flèche de style néo-gothique érigée en 1858 par l’architecte Emile Boeswilwald a été adoptée l’année suivante par l'architecte Viollet-le-Duc pour la cathédrale Notre-Dame de Paris .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De plus en plus haut, de plus en plus spectaculaire…

 

Le second niveau nous dévoile alors une hallucinante forêt d'arcs-boutants coiffés de pinacles. Les astucieux concepteurs ont trouvé moyen de combattre la formidable poussée des croisées d'ogives en évacuant les forces vers le bas et de recueillir les eaux de pluie dans des rigoles aboutissant à de spectaculaires gargouilles.

 

 

 

 

 

 

Au loin un ruban d'arbres matérialise le cours de la Loire et nous poursuivons les découvertes du centre ville avec notamment l’Hôtel des Créneaux (premier hôtel de ville d'Orléans désormais occupé en partie par le Conservatoire de Musique) et le Beffroi (qui annonçait les cérémonies officielles et sonnait le tocsin).

 

 

 

 

Le point de vue sur la Place Sainte Croix laisse apercevoir à notre droite le Conservatoire à rayonnement départemental et la superbe façade de briques rouges de l’Hôtel Groslot. Construit à la Renaissance par le bailli de la ville, celui-ci a fait office d’Hôtel de Ville après la Révolution. Désormais voué aux réceptions et aux cérémonies de mariage, il abrite plusieurs pièces remarquables à découvrir aux horaires de visites.

 

 

Au nord le Campo Santo et les "Champs Elysées"...

 

Encore quelques pas… Guillaume a fort à faire pour faire quelque peu hâter les visiteurs, tant les découvertes se succèdent.  Nous voici côté nord face à l’actuel Campo Santo. Jadis cimetière principal d'Orléans, le lieu accueille désormais de nombreux événements culturels nichés  en son grand espace central engazonné entouré d'arcades. 

 

 

L'ensemble fait partie du quartier dit des "Champs Elysées"  aménagé de 1921 à 1935 à l'emplacement de l'ancienne caserne d'artillerie de l’Étape et réalisé en partie par l'architecte orléanais Roger Croissandeau.

 

 

 

 

Au dessus de nous, un soleil en bronze  doré accompagné de la devise de Louis XIV  "nec pluribus impar"  (il est au-dessus de tous les hommes).

Cette œuvre  fait pendant à une autre en métal doré à l’or fin mise en place en 1690 sur la façade sud, puis déposée en 2010  avant d’être restaurée et réinstallée un an plus tard.

 

 

 

 

Après le haut, le bas : la crypte Saint-Avit

 

Là ne s’interrompt pas ce périple original "en haut"  puisqu'il se  clôture "en bas" par une visite également commentée du très beau vestige du XIe siècle qu’est la crypte Saint-Avit.

 

 

Avit, abbé de Micy, fut enterré au milieu du 5e siècle, au nord d'Orléans, dans l'église Saint-Georges Édifiée au dessus d'une crypte au début du 11e siècle, celle-ci fut démolie en 1428, puis reconstruite en partie. Toutefois la disparition des reliques acheva sa ruine. On construisit ensuite un grand séminaire à son emplacement.

 

 

Accessible uniquement avec un guide au niveau de la Rue Serpente,  la crypte a été redécouverte entièrement comblée en 1852 lors de travaux d'agrandissement .

Cet espace qui menaçait de s'écrouler sous le poids des bâtiments s’élevant au-dessus a subi d'importants travaux de consolidation.

Ses voûtes étaient partiellement effondrées ont été rétablies en brique et une entrée a été aménagée. L'espace est constitué d'un martyrium et d'une chapelle, séparés par un mur épais percé d'ouvertures.

 

 

 

 

 👀  Pour aller plus loin...

 

 

 

Si vous souhaitez  prolonger cette exploration inédite des entrailles de la cité johannique,  sachez que  des visites commentées par un mystérieux moine en robe de bure sont  organisées cet été à la crypte SAINT AIGNAN.

 

Toutes les informations vous sont données en ligne ici par l'Office du Tourisme d'Orléans…

 

 

 

 

 

👀 "ORLEANS DE HAUT EN BAS"

QUAND ? COMMENT? COMBIEN?

 

Juillet et août: du lundi au samedi (sauf le 14 juillet et le 15 août)

RDV à soit à 9h30, soit à 11h15 devant l’Office de Tourisme

Septembre : samedis 5 et 12

RDV à 10h30 devant l’Office de Tourisme

Réservations en ligne ici...

 

• 7,50 € /  Durée de la visite environ 1h30

• Limité à 18 pers (sous réserve de nouvelles conditions sanitaires gouvernementales).

 

Toutes les visites guidées sont présentées ici...

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents