Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

VIVRE AUTREMENT VOS LOISIRS avec Clodelle

VIVRE AUTREMENT VOS LOISIRS avec Clodelle

Rencontrez les artistes, les créateurs, les intervenants, les organisateurs... Et sortez vite de la morosité !


Histoire de la Société des Artistes Orléanais, organisatrice d’un 112ème Salon à la Collégiale St Pierre le Puellier du 11 au 26 mai 2019

Publié par clodelle45 sur 5 Mai 2019, 10:28am

Catégories : #GRATUIT OU TARIF REDUIT, #EXPOSITIONS REGION CENTRE, #CULTURE avec Gaëtan Lemasne

 

Le 112ème Salon des AO (artistes orléanais) se tiendra  à la Collégiale Saint Pierre le Puellier du 11 au 26 mai prochain. Pour cette année 2019, afin de célébrer les 120 ans de la célèbre Maison des cafés Jeanne d'Arc, le thème retenu est ʺThé et café : à l’écoute des terroirs, cérémonie du thé, l’art de la torréfaction"

Ainsi plus de 80 artistes de la région Centre-Val de Loire présenteront leurs œuvres. Marc PETIT, artiste considéré comme l’un des plus grands sculpteurs de son temps et du peintre orléanais Daniel GÉLIS seront les invités d’honneur.

La Société des Artistes Orléanais est à ce jour la plus ancienne association artistique de la région Centre-Val de Loire. Depuis sa création, c’est plus de 2500 artistes - peintres, graveurs, sculpteurs et céramistes - qui ont été exposés.

En prévision de cet évènement qui fera date, l’amateur d’art Gaëtan Lemasne, a effectué pour nous de minutieuses et patientes recherches intégralement  restituées dans la suite de cet article.

 

UN PEU D’HISTOIRE, LES PREMIERS PAS

C’est un dénommé Hubert FILLAY, avocat-poète blésois qui crée en 1920 l’ ʺÉcole de Loireʺ. Cette association réunit trois groupes: celui des artistes du Loir-et-Cher (Renaissance artistique), celui des artistes tourangeaux et celui des artistes orléanais. Cette même année, nait à Orléans la ʺFédération des Artistes du Val de Loireʺ préfiguration des ʺArtistes orléanaisʺ. Affilée à la société blésoise, elle connait rapidement une scission. C’est ainsi que sous l’impulsion de Maurice GENEVOIX, plusieurs artistes se réunissent et créent le ʺGroupe orléanais de l’École de Loireʺ, déclaré à la Préfecture du Loiret le 20 décembre 1922.

Le but de cette nouvelle association est ʺle groupement d’artistes ayant pour but de faire connaître et apprécier les œuvres de ses adhérents, de propager et développer l’art dans notre région et de protéger les intérêts et droits de ses adhérents". Maurice GENEVOIX devient le premier président, l’architecte-aquarelliste Fernand BAUD prend la présidence des Beaux-Arts et René BERTHELOT, directeur du Conservatoire assure le secrétariat.

 

L’APPORT DE MAURICE GENEVOIX

Très tôt, GENEVOIX a longuement hésité entre l’écriture et la peinture, avec une secrète préférence pour cette dernière. Et si le destin l’orienta vers l’écriture (Prix GONCOURT en 1925), il ne renonça jamais à la peinture.

Peintre lui-même, il fut un remarquable dessinateur animalier et un critique d’art reconnu. Il se lia d’amitié pour de nombreux artistes : Maurice VLAMINCK, Paul BELMONDO, Maurice ASSELIN, Jean COUTY, Mathurin MÉHEUT, Roger CHAPLIN-MIDY, Claude RAMEAU, André DUNOYER DE SEGONZAC, Louis-Joseph SOULAS et Louis CHARIOT.

Dans un roman autobiographique Trente mille jours Jours publié en 1980 quelques temps avant son décès, il déclarait : ʺAi-je peint trente toiles en soixante-dix années ? C’est à peine une tous les deux ans. Et toutes détruites, sauf deux ou trois contre mon gré, liées qu’elles sont à un souvenir où la tendresse a toujours sa part. Mais que quelques années encore s’égrènent dans mon corbillon, je peindrai".

Suite à une assemblée générale de décembre 1923, un changement de statuts intervient. Il est créé dans la région orléanaise un groupement d’artistes ayant fait leurs preuves (peintres, sculpteurs, poètes, prosateurs, graveurs, décorateurs, compositeurs de musique, architectes, etc.) sous le nom des ʺArtistes Orléanaisʺ (déclaration Préfecture du Loiret du 17 janvier 1924).

La première exposition des artistes orléanais débuta le 15 février 1923 au premier étage du café de la Rotonde situé place du Martroi (depuis cet établissement a fait place à ÉRAM, un commerce de chaussures), sous l’égide de l’école de la Loire et sous la présidence de Maurice GENEVOIX. Il n’y aura que quatorze exposants.

 

DES EXPOSITIONS EN DIFFÉRENTS LIEUX

JOURNAL DU LOIRET 05/01/1924 - Source AURELIA, bibliothèque numérique d'Orléans en ligne ici... 

 

Les expositions suivantes seront organisées à la Chapelle des Jacobins (place de l’Étape), détruite lors de la construction du quartier des ʺChamps Elyséesʺ en 1927 pour le percement de la rue Théophile CHOLLET. Cette rue s’inscrit dans un nouveau quartier résidentiel dont les appartements sont équipés de tout le confort de l’époque: chauffage central par radiateurs et salle de bain !

D’un pur style Art déco, le quartier de l’Étape dit des "Champs Élysées" a été aménagé entre 1921 et 1935 à l'emplacement de l'ancienne caserne d'artillerie DUPORTAIL. Jeanne CHAMPILLOU (gravures), André MAILFERT (aquarelles), Paul MARCUEYZ (peintures) - pour ne citer qu’eux - y exposent régulièrement.

 

JOURNAL DU LOIRET 07/06/1924 - Source AURELIA, bibliothèque numérique d'Orléans en ligne ici...  

 

Ce Salon annuel connaîtra de nombreux déplacements: le Campo Santo, le mail Pothier sur les boulevards, la Foire-Exposition d’Orléans, les Floralies internationales en 1967, le Centre de Documentation Pédagogique (CRDP) avant de prendre ses quartiers définitifs à la Collégiale Saint Pierre le Puellier mise à la disposition de l’association par la Mairie, lieu qu’elle n’a plus quitté depuis 1976.

 

UNE ASSOCIATION ET UN ART CONTEMPORAIN EN PLEINE VITALITÉ

En 1943, le graveur Louis-Joseph SOULAS prend la présidence de l’association. A l’occasion des banquets annuels, il propose selon ses propres termes ʺdes discours longuement mijotés dans les cuisines picturales, dans un doux frichti des huiles de lin, la chantante ébullition de l’eau pour l’aquarelle, parmi les navets, dans le grand pot-au-feu, le fait-tout artistique du salonʺ qui ravissent l’auditoire.

SOULAS conservera la présidence des AO jusqu’à son décès en 1954. Depuis avril  1999, Benoit GAYET (portrait ci-contre) assure la présidence de l’association.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents