Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

VIVRE AUTREMENT VOS LOISIRS avec Clodelle

VIVRE AUTREMENT VOS LOISIRS avec Clodelle

Rencontrez les artistes, les créateurs, les intervenants, les organisateurs... Et sortez vite de la morosité !


Invités d'honneur des Fêtes de Jeanne d'Arc 2019 : Les villes jumelles d’Orléans, Monseigneur Percerou et Michel Tognini, spationaute

Publié par clodelle45 sur 30 Avril 2019, 00:54am

Catégories : #FETE DE JEANNE D'ARC

 

Les villes jumelles d’Orléans seront les invitées d’honneur des 590èmes  Fêtes de Jeanne d’Arc se déroulant du 29 avril au 8 mai 2019, tout comme Monseigneur Laurent Percerou, invité religieux  et le Général Michel Tognini, spationaute, premier invité militaire.

 

 

Comme l’avait annoncé Olivier Carré, maire de la ville, ces noms ont été révélés hier lors de la cérémonie de remise de l’épée en la Collégiale St Pierre le Puellier juste avant que  Blandine VEILLON, Jeanne 2019 ne prenne le départ pour le premier grand évènement de cette édition : la commémoration de l’entrée de l’héroïne par la Porte Bourgogne.
 

Les 11 villes jumelles d’Orléans invitées d'honneur

L’ invité d’honneur est choisi chaque année par le maire de la ville, dans l’objectif de donner une dimension nationale à l’évènement. Cette année, Olivier Carré, Maire d’Orléans et Président d’Orléans Métropole, souhaite faire rayonner les Fêtes de Jeanne d’Arc au niveau international. Les 11 villes jumelles d’Orléans seront donc les invitées d’honneur de cette 590ème édition. 

Grâce à Jeanne d’Arc Orléans est identifiée dans le monde entier. Son combat et ses valeurs vont au-delà des frontières, ce qui lui confère  puissance et  force. En choisissant de faire honneur à son héroïne à travers ses villes jumelles, la ville d'Orléans réaffirme l’envergure internationale du personnage et se positionne simultanément dans une logique d’ouverture au monde et de fraternité internationale, favorables à la jeunesse, au tourisme, à l’économie du territoire et tout naturellement à ses habitants.

De nombreuses coopérations et échanges dans les domaines de l’éducation, de l’environnement ou encore de l’économie ont  déjà permis de replacer Orléans sur la carte du monde.  

Parmi les villes jumelles que compte Orléans, trois seront particulièrement mises à l’honneur lors de ces Fêtes : Trévise et Utsunomiya, qui renouvelleront leur serment de jumelage, fêtant respectivement 60 et 30 ans d’amitié avec Orléans, ainsi que Yangzhou, qui, après s’être engagée auprès de la ville dès novembre 2015, signera son serment de jumelage le 7 mai 2019.

 

 

Monseigneur Percerou, invité religieux

Pour accompagner les villes jumelles, Monseigneur Blaquart, représentant le Diocèse d’Orléans, invite cette année Monseigneur Laurent Percerou, évêque de Moulins.

 

Né le 11 septembre 1961 à Dreux (28), Laurent Percerou est ordonné prêtre le 14 juin 1992 pour le diocèse de Chartres et nommé curé de paroisses dans la Vallée de l’Eure (1993-2003). De 2003 à 2013, il est vicaire général du diocèse de Chartres. Il assume aussi la responsabilité du service des vocations (1995 - 2007) et de la formation des prêtres (2004 - 2011). De 2011 à 2013, il est également curé de la paroisse Saint-Gilduin.

Nommé évêque le 14 février 2013, Laurent Percerou est consacré évêque de Moulins le 14 avril 2013. Il est président du  "Conseil pour la Pastorale des Enfants et des Jeunes" de la Conférence des Evêques de France. Sa devise épiscopale est: "Que tous soient un pour que le monde croie".

 

Le Général Michel Tognini, spationaute, premier invité militaire des Fêtes de Jeanne d’Arc

De son côté, l’armée, qui, pour la première fois dans l’histoire des Fêtes de Jeanne d’Arc, invite une personnalité, mettra à l’honneur le Général Michel Tognini, spationaute.

 

Après l’obtention de son diplôme de l’École de l’Air en 1973,  Michel Tognini reçoit sa qualification de pilote de chasse en 1974, intègre une escadre de chasse à Cambrai et devient commandant d’escadrille en 1979. En 1982, il est admis à l’Empire Test Pilots’ School de Boscombe Down (Royaume-Uni), dont il sort avec son diplôme de pilote d’essai. Il est ensuite affecté au Centre d’essais en vol de Cazaux (France) où il devient chef-pilote d’essai.

En septembre 1985, il est sélectionné en tant qu’astronaute par le Centre National d’Études Spatiales (CNES). En août 1986, il est désigné comme remplaçant pour la mission Soyouz TM-7.

En novembre 1986, il suit la formation du Centre Youri Gagarine à la Cité des Etoiles, près de Moscou, en tant qu’astronaute suppléant, ce qui inclut un entrainement aux sorties extra-véhiculaires, pour la mission franco-soviétique « Aragatz ». De 1989 à 1990, il contribue au programme Hermes à Toulouse. En 1991, il retourne à la Cité des Etoiles pour reprendre l’entraînement, cette fois en tant qu’astronaute titulaire pour la 3ème mission franco-russe « Antarès », qui se déroule du 27 juillet au 10 août 1992. C’est pour lui l’occasion de piloter les simulateurs de la navette Bourane.

Après cette mission, il rentre en France pour suivre les cours de l’Institut des Hautes Études de Défense nationale, en 1993-1994. En 1995, il suit un entraînement en tant que candidat astronaute au Centre Johnson (JSC) de la NASA, à Houston.

Il est l’auteur d’environ 400 articles, présentations, discours et conférences sur les vols spatiaux habités. Michel Tognini totalise plus de 4500 heures de vol sur 80 types d’avions différents. De 2003 à 2011, il  occupe le poste de Chef de la Division des Astronautes à l’EAC, puis chef de l'EAC à Cologne.

Vols spatiaux :

Michel Tognini a pris part à la mission « Antarès » du 27 juillet au 10 août 1992. Il s’agissait de son premier vol à bord de la station spatiale MIR, où pendant 14 jours il a mené un programme d’expériences franco-soviétiques. Son second vol spatial, lors de la mission STS-93, a eu lieu du 22 au 27 juillet 1999. Il était principalement chargé d’aider au déploiement du satellite Chandra et s’était préparé à une sortie dans l’espace. L’observatoire dans le rayonnement X Chandra, conçu pour une étude approfondie de l’Univers, est équipé d’un télescope devant permettre aux scientifiques d’observer des phénomènes rares comme les explosions stellaires, les quasars et les trous noirs. Aujourd'hui il est président de Space conseil, vice-président de l'aéroclub de France, expert APM (Association pour le Progrès du management) et conférencier.

Distinctions reçues:

Commandeur de la Légion d’Honneur, Officier de l’Ordre National du Mérite, Médaille de l’Aéronautique, Ordre Soviétique de l’Amitié des Peuples, Médaille russe du mérite spatial.

Discours de Monsieur Olivier CARRE lors de la remise de l’épée 590ème fêtes de Jeanne d’Arc Orléans - 29 avril 2019

Madame la Présidente, Monsieur le Préfet, Mon colonel, Monseigneur, chère Blandine, chère Mathilde, Mesdames qui figurèrent Jeanne d’Arc, chers amis,

Il y a 590 ans, en avril 1429, les troupes bourguignonnes, alliées aux anglais, ont quitté le siège d’Orléans. Philippe le Bon, de filiation capétienne, voulait que les anglais épargnent la ville qui vit sacrer rois deux de ses ancêtres. Le duc de Bedford refuse : il tiendra le siège d’Orléans seul face à ce qui reste de l’armée française qui s’est réfugiée derrière les murailles de notre ville. Il attendra des renforts. Ils ne viendront pas. C’est l’armée française qui recevra les siens avec une femme à sa tête, ce 29 avril 1429.

Une jeune femme, de 17 ans, annoncée quelques temps à l’avance par des émissaires de la cour du Dauphin. Une femme portant armure, épée et étendard. Une vierge à la tête d’une armée de soudards, de capitaines chevronnés. Une femme dont la volonté et le charisme forcent le respect et l’obéissance. Une femme, dont la foi illumine chacune de ses paroles. Une femme, qui porte la justice jusqu’au bout de son épée : brandie à la pointe de l’action mais jamais souillée de sang. Une femme si humaine. Si profondément humaine. Avec ses paradoxes, comme, chère Bénédicte, vous l’avez si brillamment relevé. La fragilité et la force ; une femme qui prend la fonction d’un homme, une jeune paysanne qui va restaurer un roi, une forme de candeur qui s’oppose aux plus noirs desseins. Mais avec un fil constant dans tous les récits : celui du combat juste.

Le combat juste parce qu’il remet de l’ordre là où le chaos l’avait emporté. Le combat juste parce qu’il est fondé sur les valeurs et pas sur le calcul individuel. Le combat juste parce qu’il était naturel que la France ait son roi, qu’elle lui garantisse sa souveraineté. Enfin, un combat juste car inspiré par la foi à une époque où le roi de France était monarque de droit divin.

Jeanne incarne la rencontre des affaires du ciel et de la terre. Les hommes s’y reconnaissent car leur vie est construite autour de ces paradoxes et, dans leurs prières, de ce point de rencontre là.

C’est sans doute la raison pour laquelle Jeanne porte cette dimension universelle et qu’elle est représentée partout dans le monde.

Au-delà de son image, au-delà de l’icône, Nous avons à faire connaître sa fabuleuse histoire. Orléans proposera à l’Etat de mettre à la disposition de son corps diplomatique une exposition itinérante que nous préparerons dès cette année.

Vous connaissez mon attachement à ce qu’Orléans, ville de liberté et de tolérance, de conviction et de sincérité, participe de cette bataille des idées qui fait rage dans le monde. Notre civilisation a besoin de points de repères, notamment pour la jeunesse. Jeanne est l’un de ceux-là.

Et cela ne concerne pas seulement le monde occidental. Je me souviens comment l’arrivée de la statue de Jeanne a ému nos amis chinois de Yangzhou parce qu’elle incarnait une femme combattante, chargé de vaillance et d’engagement.

Ces valeurs dépassent les préjugés et l’esprit partisan. Ces valeurs inspirent. Ces valeurs se partagent.

Pour toutes ces raisons et bien d’autres, j’ai souhaité que cette année, nos villes jumelles soient mises à l’honneur. Et je remercie par avance toutes les délégations qui ont répondu présent à cette invitation à présider nos fêtes, notamment pour celles qui seront conduites par leur maire.

Ce sera un moment fort de communion qui montrera comment Orléans, dans ce rendez-vous si important pour elle, construit sa place en liens fraternels avec les villes dont l’amitié est soit récente soit ancienne, mais qui toutes inspirent la jeunesse, l’échange, des coopérations fructueuses, et notamment cette fidélité à Jeanne comme la Nouvelle-Orléans le manifeste chaque année.

Chère Blandine, tu vas recevoir l’épée de Jeanne des mains de Mathilde. Et tu nous montreras, et tu montreras au peuple d’Orléans venu à ta rencontre, comment cette épée est un sceptre et une croix. Symbole du combat, symbole de la foi, symbole de l’ordre, cette épée de Fierbois, tu la brandiras comme un guide vers le ciel, entre les hommes et tout ce qui les dépasse.

Comme pour Mathilde et toutes celles qui vous ont précédées, que ton sourire illumine ces 590ème fêtes de Jeanne d’Arc et que la larme que tu verseras au soir du 8 mai, soit l’empreinte de la Jeanne éternelle que vous portez toutes et qui fait l’honneur de notre ville.

Vive Orléans, Vive la France, Vive Jeanne

Olivier Carré, Maire d’Orléans, Président d’Orléans Métropole

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents