Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

VIVRE AUTREMENT VOS LOISIRS avec Clodelle

VIVRE AUTREMENT VOS LOISIRS avec Clodelle

Rencontrez les artistes, les créateurs, les intervenants, les organisateurs... Et sortez vite de la morosité !


L'hommage rendu à ALAIN VALLARSA dans le cadre du 28ème FESTIVAL LE GRAND UNISSON

Publié par clodelle45 sur 9 Juillet 2018, 23:48pm

Catégories : #ST JEAN DE LA RUELLE Culturel

 

La Municipalité de Saint Jean de la Ruelle et toute l’équipe du Grand Unisson ont récemment dédié sa 28ème édition à Alain Vallarsa, initiateur et Directeur artistique de cet incontournable évènement fédérateur gratuit. Un émouvant hommage au  musicien, compositeur et acteur du monde associatif disparu le 18 février dernier a été rendu sur le stade de l’Iresda.

 

"Il n’y avait pas de problèmes avec Alain, toujours des idées, de la créativité et une capacité à fédérer autour de lui pour  mener à bien les projets qu’il engageait. Le Grand Unisson en est, 28 ans après,  l’illustration" a précisé notamment le Maire Christophe Chaillou dans le discours prononcé en présence de l’épouse d’Alain Vallarsa, de membres de l’équipe municipale, d’acteurs du monde associatif et du spectacle, d’amis et de nombreux anonymes ayant eu le privilège de côtoyer cet homme généreux, actif, positif, éternel pourvoyeur d’idées novatrices.

 

"Le Grand unisson est un édifice qui s'est monté d'une manière naturelle, avec patience et motivation et qui a entrainé une vraie dynamique culturelle et artistique loin du bling bling et des strass" m'avait expliqué Alain en 2009. En savoir plus...

 

Dans la suite de cet article, retrouvez un diaporama d’images captées par le photographe Michel Piedallu lors de l’hommage sur le stade de l'Iresda,  suivi de l‘intégralité du discours prononcé par le Maire Christophe Chaillou.

Hommage à Alain VALLARSA – 1948 – 2018

Musicien, saxophoniste, compositeur, responsable associatif à Saint Jean de la Ruelle, fervent défenseur du free jazz dans les années 70 et 80, personnalité incontournable du paysage culturel orléanais, Alain Vallarsa a été l’initiateur en 1990 et le directeur artistique du « Grand Unisson ». Il nous a quitté le 18 février dernier.

A l’occasion de cette 28ème édition du Grand Unisson, nous tenions à lui rendre hommage, à remercier l’homme passionné qui a contribué avec talent et enthousiasme durant plus de 25 ans à la vie culturelle de Saint Jean de la Ruelle et de l’agglomération.

Né le 12 aout 1948 à Annecy, Alain témoigne dès son plus jeune âge une passion pour la musique et le spectacle qui ne le quittera jamais.
Inscrit au conservatoire d’Annecy, il débute le piano pour lequel il montre déjà un talent musical. Son père lui offre un accordéon. Très vite il montre des dons certains pour cet instrument et malgré son jeune âge (l’accordéon était aussi gros que lui !) il devient un des brillants élèves du conservatoire d’Annecy.

Puis il découvre le jazz et le saxophone au sein de l’AJA (Annecy Jazz Action).

Avec quelques musiciens passionnés comme lui, il créé le XTET , formation musicale à géométrie variable qui a marqué le free jazz des années 70 .

Repéré par un fan de jazz, le groupe participe l’été 74 à Avoriaz où ils assureront l’animation musicale de la station durant l’été.
C’est dans ce cadre qu’Alain rencontre Anne Marie qui deviendra son épouse.

C’est le début d’un long parcours musical : d’abord près d’Aix les Bains où le groupe vit entre 74 et 77 et travaille : se succèdent concerts, enregistrements de disques. Pilier du free jazz français le XTet ouvre de nouveaux horizons sonores et donne plus de 400 concerts.

Toujours savoyard, le groupe revient à Chilly près d’Annecy, puis à Vendôme. Alain se partage alors entre Vendôme, Paris et l’agglomération orléanaise où s’est installée Anne Marie.

Compositeur habitué des radios (France Culture, France Inter, France Musique) , Alain Vallarsa signe des musiques pour des émissions telles que « lignes de mémoire » notamment pour pour Edwige Feuillère, Hervé Bazin…
Pour France Inter, il compose les musiques pour des feuilletons : « Lettres d’Aymonville » puis le célèbre feuilleton de Tardi et Michel Boujut, « Le perroquet des Batignolles ».

En 1984, Alain quitte le groupe XTet et s’installe à Saint Jean de la Ruelle, rue Jean Jaurès. Il y pose dira Anne Marie, son sac, son saxo et son talent ! Et c’est le démarrage de l’aventure stéoruellane.

Il commencera par donner des cours privés de saxo et son premier élève sera …Philippe Huguenin, devenu un fidèle ami et qui nous a quittés cette année, quelques semaines après Alain.
Il intègre ensuite l’école de Chaingy, où il enseignera le saxo et le solfège jusqu’à sa retraite en 2013.

Dès 1985, il s’engage en faveur de la promotion des jeunes talents et des artistes locaux en créant l’association «Musique Fusion Aide », dans l’esprit de la « fusion », le mélange de tous les genres musicaux, la rencontre et l’échange entre les artistes auxquels Alain était très attaché. La « salle noire » mise à disposition des associations culturelles par la ville, dans des locaux situés rue Jules Lenormand, devient le lieu de toutes les rencontres et les expérimentations musicales. Un foisonnement culturel auquel participe également Michel Labrette, responsable du Centre Culturel.

Avec l’ouverture de la Maison de la Musique et de la Danse, des locaux sont mis à disposition de l’association Musique Fusion Aide et avec le soutien de la ville, Alain y installe un studio d’enregistrement, outil innovant de production et de création ouvert à de nombreux artistes locaux.

C’est dans ce contexte qu’ Alain a une idée : la création d’un festival qu’il mûrit progressivement avant de le présenter à la Municipalité de Saint Jean de la Ruelle et notamment à Christophe Chaillou alors jeune adjoint en charge de la culture. Alain parlait d’une rencontre décisive qui allait marquer le début d’une grande aventure.

Ce sera le Grand Unisson .

La 1ère édition du Grand Unisson s’ouvre en juin 1990 : 3 scènes en simultané en centre ville.

Au fur et à mesure des éditions, le Festival connait un succès croissant.
Puis le public devient trop nombreux, il faut agrandir le site et c’est le terrain de l’IRESDA qui accueillera désormais chaque année un public fidèle et de plus en plus nombreux.

Des centaines d’artistes, jeunes talents, d’autres plus confirmés, tous les styles de musique ont résonné sur ce festival ; toujours dans l’esprit de « l’Unisson » initié par Alain Vallarsa et qui perdure aujourd’hui : « l’éclectisme artistique accessible à tous dans un esprit festif ».

Le Grand Unisson est désormais un rendez vous incontournable : le plus grand festival de la métropole orléanaise et nous en sommes fiers.

Personnalité incontournable de la scène culturelle locale, Alain était de tous les rendez vous musicaux de notre agglomération : A Saint jean de la Ruelle, ce sera également « les soirées unissoniques », « The Ouf festival » ; à Orléans, on le retrouve sur le festival de Jazz d’Orléans, les jardins de l’Eveché et de nombreuses scènes….

Au-delà de la musique, Alain se passionne pour l’événementiel, l’esprit festif : il a été un des précurseurs des mises en lumière et musique de monuments, avec notamment un inoubliable spectacle laser sur la cathédrale d’Orléans, qui réunira des milliers de personnes.
On ne peut que se souvenir des « spectacles pyrotechniques » en clôture du Grand Unisson, où il mêlait humour, poésie et dont ses amis de Phosphore, nous restitueront ce soir quelques extraits

En 2013, après plus d’une vingtaine d’éditions du Grand Unisson, Alain prend sa retraite et rejoint la ville d’Annecy dont il était originaire. Mais il n’a jamais quitté Saint Jean de la Ruelle : musicalement disait il encore ces dernières années, « ma vie est à Saint Jean de la Ruelle ». Il y était resté fidèle, fidèle aussi à ses amis qui sont aujourd’hui nombreux réunis à nos côtés, au côté de sa famille, son frère Paul et son épouse Anne Marie qui l’a accompagnée au long de sa très belle carrière musicale.

On ne pouvait qu’admirer le talent d’Alain Vallarsa, son professionnalisme, son esprit d’ouverture , sa gentillesse et sa simplicité.

Toutes celles et ceux qui l’ont côtoyé se souviennent de son optimisme, son énergie, de son sourire généreux et son enthousiasme permanent.
Et la phrase qu’il répétait à l’envi : « N’importe comment, y’a pas de problème ». Non, il n’y avait pas de problèmes avec Alain, toujours des idées, de la créativité et une capacité à fédérer autour de lui pour mener à bien les projets qu’il engageait. Le Grand Unisson en est, 28 ans après, l’illustration.

C’est avec le même courage et la même énergie qu’il s’est battu contre la maladie qui a fini par l’emporter le 18 février dernier.

Le meilleur hommage que l’on puisse lui rendre est de donner place à la musique, cette musique qui a été sa vie.

La Municipalité de Saint Jean de la Ruelle et toute l’équipe du festival lui dédient cette 28ème édition du Grand Unisson.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents