Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

VIVRE AUTREMENT VOS LOISIRS avec Clodelle

VIVRE AUTREMENT VOS LOISIRS avec Clodelle

Rencontrez les artistes, les créateurs, les intervenants, les organisateurs... Et sortez vite de la morosité !


Catherine Ringer : Chroniques dansantes et lumineuses fantaisies à l'Astrolabe d'Orléans

Publié par clodelle45 sur 25 Mars 2018, 23:06pm

Catégories : #ASTROLABE, #PHOTOS CONCERTS

"Sculptée par l’âge adulte, la vie"… Voilà Catherine Ringer ce soir en concert à l’Astrolabe d’Orléans. La mythique diva rock vient d’avoir 60 ans, elle va bien et nous le fait savoir d’entrée avec "Senior, j’adore", premier  titre de  son second album solo.

 

Diaporama d'images, à retrouver sur l'album complet en ligne ici...

Catherine Ringer : Chroniques dansantes et lumineuses fantaisies à l'Astrolabe d'Orléans
Catherine Ringer : Chroniques dansantes et lumineuses fantaisies à l'Astrolabe d'Orléans
Catherine Ringer : Chroniques dansantes et lumineuses fantaisies à l'Astrolabe d'Orléans
Catherine Ringer : Chroniques dansantes et lumineuses fantaisies à l'Astrolabe d'Orléans
Catherine Ringer : Chroniques dansantes et lumineuses fantaisies à l'Astrolabe d'Orléans
Catherine Ringer : Chroniques dansantes et lumineuses fantaisies à l'Astrolabe d'Orléans
Catherine Ringer : Chroniques dansantes et lumineuses fantaisies à l'Astrolabe d'Orléans
Catherine Ringer : Chroniques dansantes et lumineuses fantaisies à l'Astrolabe d'Orléans

Les années passent et l'artiste continue à composer, chanter, danser comme sur le très latino "Como Va": "Comment ça va ? Comment ça va pas ? La rengaine m'assaisonne le cerveau. Va danser. C’est une bonne recette. La musique est là. Elle t’aidera".

 

Fable liée à l’enfance (La Petite Planète) ou chanson politique évoquant les heures noires des années 40 et la résistance (Obstination), tantôt en français, tantôt en anglais, les chansons s'enchaînent fort différentes, à l’image du titre de l’album : "Chroniques et fantaisies".

 

Toutefois ces fantaisies souvent joyeuses n’excluent pas les chagrins. Les Rita Mitsouko ont arrêté brutalement voilà 10 ans à la mort du guitariste Fred Chichin.  Aujourd'hui "Tristessa", poème de Catherine  est devenu une émouvante chanson hommage à Fred, son alter ego : "Je chante la plainte de ta guitare dans le soir, j’y entends parfois tes doigts. On s’est aimés jusqu’à la mort, et même après les effets se sentent encore".  Incontestablement, ce  beau titre est empreint de tristesse  mais pas seulement car  "Méchamment le temps nous sépare, mais répare aussi ma vie".

 

Rieuse, lumineuse, apaisée, l’artiste assure avec une belle énergie ce concert affichant complet depuis des lustres et  s’achevant sur quelques incontournables ("le petit train", "Marcia Baila"), souvenirs joyeux des belles heures du groupe mythique.

 

Juste avant le final rock et déjanté d' "Andy",  viendra un air du film "Liberté" de Tony Gatlif où Catherine l'humaniste célébrera "Les Bohémiens" et  la richesse de notre vaste monde où se croisent cultures, coutumes et différences: "Si quelqu'un s'inquiète de notre absence, Dites-lui qu'on a été jeter Du ciel et de la lumière, Nous les seigneurs de ce vaste univers".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents